• LE PONT DE FILLÉ CONSTRUIT PAR L'INGÉNIEUR HAREL DE LA NOË




    CONSTRUCTION DU PONT DE FILLÉ SOUS LE MANDAT DE MONSIEUR CHARLES DE VAUGUYON

    La photo du dessus avait été adressée en 2004 au Maire de Fillé par Monsieur F. LÉPINE de l'Association pour la Mémoire et la Notoriété de Louis Auguste Marie Harel de la Noë.
    Cette photo originale du pont de Fillé avait été prise par une équipe de cinéastes qui avait réalisé un film sur la vie et l'œuvre de notre grand ingénieur breton. Nous l'en remercions ici.

    Ci-dessous, plan datant de 1840 du bourg de FILLE sans le pont...
     

     




    Le projet du pont du tramway prend forme : le pont sera l'œuvre d'un grand ingénieur breton Louis HAREL DE LA NOË (1852-1931). Après avoir conçu le pont-canal de Briare, Monsieur HAREL DE LA NOË est nommé au service ordinaire des Ponts et Chaussées de la Sarthe, à compter du 1er Mai 1884.
     
    C'est à lui que l'on doit la conception de notre pont de FILLÉ. Il réalisa également le fameux pont en X au MANS et le pont de la Râterie à ALLONNES conçu à l'identique à celui de FILLË : le tablier étant soutenu par deux axes métalliques de 56,33 mètres.

    Le pont d'Harel de la Noë vu du clocher de l'église de FILLÉ lors de sa reconstruction.
     
     
     
    Article du 17 Juin 2009 de "LA VIE DU RAIL" concernant le dernier livre de l'ASSOCIATION POUR LA MÉMOIRE ET LA NOTORIÉTÉ D'HAREL DE LA NOË présenté à Montparnasse, Maison de la Bretagne, le 23 Juin 2009
     

     
     

    Le conseil se penche également sur ce projet du pont du tramway sur la Sarthe : il sera à double voie si la commune consent à la dépense ! Or la commune s'engage à payer une somme de 7500 F pour avoir un pont route à double voie. Nous remercions le Conseil de 1893 d'avoir été AVANT-GARDISTES (le pont redeviendra quelque temps à voie unique beaucoup plus tard - en 2007 - suite à sa rénovation ; résultat d'un problème de revêtement de chaussée).

    Longtemps après la construction du pont de fer à laquelle avait participé de nombreux adolescents du cru comme chauffeurs de rivets, un livre édité en 2003 aux Presses de l'École nationale des Ponts et Chaussées consacré à notre ingénieux ingénieur breton (il est natif de Saint-Brieuc) et écrit par une association de passionnés pour la mémoire et la notoriété de ce bâtisseur de talent, souligne que : "Si les populations riveraines des fleuves échappent désormais à la sujétion des grands ponts à voie unique, c'est à l'exemple décisif de ce pont de FILLÉ qu'elles devront ce bienfait" et de conclure :

    "Aux Manceaux qui regrettent la vision du pont en X original, malheureusement détruit à la Libération, nous suggérons qu'ils aillent voir le pont de FILLÉ, d'une grande qualité technique, de forme originale et d'une ligne très pure. Le pont de FILLÉ est le plus bel ouvrage d'HAREL DE LA NOË toujours en service routier dans la Sarthe."

    Il fait d'ailleurs l'objet de deux illustrations en couleurs dans le livre précité dont une concernant l'extrémité d'un des garde-corps en briques rouges lesquels seront démolis en 2007 suite à sa rénovation.

    HAREL DE LA NOË construit donc notre pont de FILLÉ en 1896. Il était contemporain de GUSTAVE EIFFEL qui disait de lui lors de l'inauguration du pont en X au MANS : "En fait de tour, Monsieur HAREL en a plus d'un dans son sac. Parce que je suis ingénieur, croyez-vous que la beauté ne me préoccupe pas ? Nous nous efforçons de faire solide et durable, pourquoi ne nous efforcerions nous pas de faire élégant ?".

    Cet ouvrage d'art fut commandité aux Ateliers de Construction des Forges et Fonderies d'Hautmont.

     

     

    IMG_0040

     

    Le pont de Fillé pendant le passage du petit train.

    photo remise par la famille Gesté

     



    Le Pont d'Harel de la Noë rénové en 2008 et ci-dessous dans la brume hivernale.
     
     
    (Il fut regrettable qu'une pétition ait circulé dans le bourg suite aux travaux de rénovation du pont car cette décision n'appartenait pas du tout au Conseil Municipal de Fillé mais uniquement à la DDE mais bien évidemment, mais qu'importe la raison : nous étions en période électorale...). 
     
     



    Monsieur Charles de VAUGUYON étant réélu Maire de FILLE le 24 Novembre 1895, autorisation lui est donnée d'avancer les 7500 F pour la construction de ce pont du tramway ce qui nécessitera la réalisation d'un emprunt de 5000 F.

    Le 7 Mars 1897, le Conseil Municipal réuni en séance extraordinaire demande que la Commune soit dispensée de payer l'empierrement de la rampe du pont. En 1898, le Conseil demande toujours que le chemin d'accès au pont du tramway soit empierré le plus tôt possible.





     
     
      Traduction :

    "L'an 1897, le 7 Mars à 2 heures du soir, le Conseil Municipal de FILLÉ s'est réuni au lieu ordinaire de ses séances, salle de la Mairie, sous la présidence de Monsieur de VAUGUYON, Commandeur de la Légion d'Honneur, Maire pour la tenue de cette séance et ensuite de la convocation faite par lettres individuelles, le 28 Février dernier...

    Monsieur le Président donne lecture d'une lettre de Monsieur le Préfet de la Sarthe en date du 25 Février 1897 qui invite le Conseil Municipal à prendre les mesures nécessaires pour assurer la réalisation de la somme de 7500 Francs par voie d'imposition extraordinaire, d'emprunt et de souscription, que la commune de FILLÉ s'est engagée à payer à l'administration du tramway pour avoir un pont-route à double voie sur la Sarthe, conformément à sa délibération en date du 17 Août 1896, approuvée par Monsieur le Préfet de la Sarthe, le 10 Février 1897.

    Après la lecture de la lettre précitée, le Conseil Municipal à l'honneur d'exposer à Monsieur le Préfet que lors des conventions faites avec Monsieur Q......, Ingénieur des Ponts et Chaussées au sujet de l'indemnité à payer par la commune pour l'établissement d'une double voie servant au passage des voitures sur le pont du tramway, il a été convenu que moyennant une somme de 7500 Francs payée par la Commune à l'Administration, ce pont serait livré au public sans qu'il y eut lieu à d'autres dépenses par la Commune et par conséquent que la rampe d'accès serait livrée à la Commune empierrée et prête à servir.

    Le Conseil sur le rapport du Maire qui est certain d'avoir rapporté fidèlement les engagements verbaux de l'Administration, n'a voté les 7500 Francs de subvention que dans ces conditions. Cependant, l'Administration parle d'exiger de la Commune le paiement de cet empierrement, se fondant, sur ce, que d'autres commune intéressées sont obligées de faire cette dépense.

    Le Conseil a l'honneur de faire observer à Monsieur le Préfet que le cas de la commune de FILLÉ n'est pas celui des autres communes. FILLÉ, seule, s'est engagée pour jouir de ce pont à payer une somme relativement très considérable vu la pauvreté de cette petite commune.

    En conséquence de ces faits, le Conseil Municipal de FILLÉ a l'honneur de prier Monsieur le Préfet de vouloir bien soutenir sa cause devant l'administration du tramway et lui demander de tenir ses engagements, fussent-ils verbaux, mais faits de très bonne foi des deux côtés
    .

    Accord est donné par le Conseil Général de la Sarthe dont ci-joint extrait Source Gallica Bnf.fr Bibliothèque Nationale de France.

    acccord du Conseil général en 1 sur 250 frs pour l'empierrement





     

    CI-DESSOUS, PLAN DU BOURG SUR LEQUEL EST PROJETÉ LE PONT DU TRAMWAY


    à gauche l'embranchement avec la route de Voivres (devenue route de la Libération)



    HAREL DE LA NOË  a construit également la gare de Fillé.

    Par aille
    urs, le conseil est saisi d'une demande émanant de personnes de FILLÉ pour créer une assemblée (fête) le lundi de Pâques à la Gare du tramway (?).


    Dans un premier temps, après délibération, le conseil donne avis favorable au sieur Ch..... mais le Maire a voté contre cette proposition considérant que l'emplacement était mal choisi par suite du voisinage de la gare de tramway et du pont dont les garde-fous constituent un danger et, de plus, les stands des forains ne peuvent être établis que le long du chemin dit "d'intérêt communal" qui, selon lui, n'offre pas une assez grande largeur... affaire à suivre.

     

    AVANT RENOVATION :

    Extrémité d'un garde-corps avant sa démolition en 2007 lors de la rénovation du pont : ces ouvrages étaient conçus en briques comme ceux des viaducs édifiés par Harel de la Noë (viaducs, de Vau-Hervé, de Kerdéozer, de Blanchardeau, du Parfond de Gouet et surtout ceux de Grognet et de Douvenant qui sont un peu dans le même style qu'étaient conçus les garde-corps du pont de Fillé (tous ces ouvrages sont la plupart en Bretagne comme leur nom ne l'indique pas). 

    APRÈS RÉNOVATION :

    ci-dessous les anciens garde-corps en brique et leur rambarde ont été remplacés par une structure métallique permettant une meilleure sécurité notamment dans le cas d'une sortie de route car les anciennes rambardes étaient d'une conception fort légère et non adaptée pour le trafic actuel.

    photos collection particulière

     

     

    LE PONT DE FILLÉ CONSTRUIT PAR L'INGÉNIEUR HAREL DE LA NOË



    photo collection particulière
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    HISTOIRE DE LA PASSERELLE
     
     
     
     
     
     
    HISTOIRE DE LA PASSERELLE
     
     
    Tu te souviens du pont
    Qu'on traversait naguère
    Pour passer la rivière
    Tout près de la maison
    ... (Yves Duteil)


     

    Une passerelle en bois (puis en béton après l'incendie du secteur de l'église en 1944) a été installée tout simplement à l'emplacement de l'embarcadère après la suppression du bac pour pallier à la dénivellation du terrain permettant ainsi une meilleure circulation des promeneurs le long de la rivière tout en permettant l'amarrage des barques.

     
    Parmi les tout jeunes enfants qui posent sur la passerelle se trouve notre ami René GAIGNON, natif de FILLE qui nous apprendra tant "d'histoires" sur l'HISTOIRE de FILLÉ. Ses parents habitaient dans le bourg à l'emplacement de l'ancienne épicerie (son père était sabotier) et il y a vécu beaucoup d'évènements très souvent relatés dans la presse locale (sur le tramway, Henri Vallée, la vie entre les deux-guerres, etc...).
    Cette passerelle en bois si bucolique est devenue un passage en béton après-guerre (dommage !)
    ci-dessous, les promeneurs et le curé du village sur la passerelle en bois.
     
     
     
     
    Si tu reviens par là
                                           Tu verras la rivière                                        

    et j'ai refait en pierre

    Le petit pont de bois...

    (Yves Duteil)

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Sources bibliographique :
    ouvrage sur LOUIS HAREL DE LA NOE (1852-1931) écrit par l'Association pour la Mémoire et la Notoriété de Louis Harel de la Noe sous la Direction de François Lépine
    Un grand Ingénieur breton - édition : Presses de l'Ecole Nationale des Ponts et Chaussées.
    Sources manuscrites :
    Archives de la Mairie de Fillé concernant les plans et la correspondance de la Municipalité de l'Epoque à Monsieur le Préfet.
    Article l'Eiffel des PETITS TRAINS HAREL DE LA NOE (1852-1931) sur l'ouvrage des Petits Trains de la Sarthe d'Alain de Dieuleveult et Jean Edom.
    Source Gallica Bnf.fr Bibliothèque Nationale de France.
     
    LIENS :
     
    LE ROBOT DE LISA BUZZ

    Lisabuzz.com parle de FILLE SUR.SARTHE APRES SEPARATION : Qui a dit que la blogosphère n était qu un ramassis de petites confidences sans intérêt ? Cette personne n a visiblement pas lu FILLE SUR.SARTHE APRES SEPARATION. Car Choisnet christiane, tout en classe et en retenue, y démontre que les blogs n ont rien à envier à la meilleure littérature. Une réussite spectaculaire et durable. signé http://blog.lisabuzz.com
     

    Annuaire Blog

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :